Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 15:18

De la revue La Famille, 23 novembre 1879. On peut s'étonner de la faiblesse de la peine prononcée, mais je n'ai pas d'autres éléments que les lignes ci-dessous pour en juger.

Jean-Louis Charvet.

L'ogresse de Clichy.

On sait qu'une loi, longtemps réclamée par l'opinion et adoptée enfin en 1876, règlemente l'industrie des nourrices et des gardeuses d'enfants, et qu'un service d'inspection, organisé avec soin, signale les contraventions à la vigilance de la justice. Sans l'active surveillance des inspecteurs, Augustine Robin eût pu longtemps encore exercer l'odieux commerce qui lui a valu ce surnom significatif: "l'Ogresse de Clichy"; elle eût continué à recruter parmi une clientèle volontiers oublieuse des devoirs de famille, de petits êtres qu'elle laissait dépérir et pour l'entretien desquels elle ne percevait pas moins, chaque mois, la rémunération convenue.

Il y avait quatre berceaux seulement chez Augustine Robin, quatre berceaux pour huit enfants; de ceux-ci, deux n'étaient déjà plus que des cadavres; un troisième agonisait; les autres se traînaient, pâles, émaciés, sans force, mourant de faim et couverts de vermine. L'ogresse de Clichy encaissait toujours l'argent des parents. Cette âpreté et ce mépris de l'existence des nouveau-nés ont reçu un premier châtiment devant la 8° chambre correctionnelle. Augustine Robin a été condamnée à trois mois de prison.

Partager cet article

Repost 0
Published by froidefond - dans CRIMES ET CHATIMENTS.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jlcharvet.over-blog.com
  • : Des poésies, des histoires, etc.....
  • Contact

Recherche