Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 03:50

Ci-dessous un article paru le 2 juin 1895,  quelques mois après la dégradation du capitaine Dreyfus dans la revue les Annales politiques et littéraires:

" La double interpellation de MM. d'Hugues et Denis sur l'infiltration du sémitisme a produit au Parlement une assez grosse agitation.

La discussion s'est surtout passionnée vers la fin avec M. Rouanet qui a porté la question sur le terrain social et surtout avec M. Naquet qui a prononcé un long et consciencieux plaidoyer en faveur de la cause juive.

La discussion n'a pas duré moins de deux séances.

Résumons l'argumentation des divers orateurs qui se sont succédé à la tribune.

C'est M. Denis qui a le premier pris la parole. L'honorable député des Landes n'aime pas les juifs. Il a dressé contre eux un ardent réquisitoire.

Ce qu'il leur reproche, à vrai dire, ce n'est pas tant d'aimer l'argent et de "pratiquer l'usure", que d'être des cosmopolites, de former entre eux une sorte de franc-maçonnerie.

'A l'heure actuelle, a-t-il dit, il y a, en France, une race à part plus puissante que l'Etat par ses richesses, plus forte que lui par ses moyens d'action; une race qui vise à dominer le pays et qui le dominera avant peu si l'on ne réagit contre elle."

M. le vicomte d'Hugues n'est pas un antisémite moins belliqueux.

Il ne verrait aucun inconvénient à ce que les israélites fussent dépouillés de leurs biens et chassés du pays.

Les conclusions de son discours ont été particulièrement vives et, parmi les nombreux israélites qui assistaient au débat, beaucoup ne l'ont pas écouté sans émotion.

M. Rouanet, qui parlait au nom du parti socialiste, a nié qu'il y eût une question juive. Ce qu'on reproche aux israélites on pourrait le reprocher à beaucoup de protestants et de catholiques. L'antisémitisme n'est, pour lui, que la guerre de la classe propriétaire foncière contre la classe propriétaire financière, ou, comme le lui a soufflé l'abbé Lemire, la guerre entre la terre et l'argent et, dans ce duel, a-t-il déclaré, les socialistes ne sont pour personne.

C'est M. Naquet qui avait assumé la tâche de répondre aux interpellateurs. Il s'est efforcé de dégager ses coreligionnaires de ce faisceau d'accusations. Il s'est employé surtout à démontrer que les israélites français n'étaient pas dénués de patriotisme.

"Ils se sont tellement fondus dans le reste de la nation qu'ils en ont épousé les dissentiments politiques, a-t-il répété à plusieurs reprises; et la preuve, a-t-il ajouté, c'est qu'à l'époque du boulangisme on a pu voir dans le parti gouvernemental, M. Joseph Reinach; dans le parti boulangiste de droite, M. Arthur Meyer, et dans celui de gauche, M. Naquet lui-même.

Cette fusion (a-t-il ajouté) rencontre beaucoup de difficultés au point de vue matériel, les mariages entre juifs et chrétiens sont rares, mais au point de vue intellectuel et moral elle serait parfaite."

Les israélites "aimeraient la France qui les a faits libres et citoyens; ils l'aimeraient passionnément, au-dessus de toute chose, au-dessus de leurs familles, au-dessus d'eux-mêmes."

Le gouvernement n'est intervenu dans le débat que pour la forme et pour dire que si les juifs avaient pu se livrer à des intrigues ou se jeter plus âprement dans la lutte pour la vie, c'était l'affaire à la société et non au gouvernement; le gouvernement ne peut que faire respecter la loi et assurer à chacun une justice impartiale."

Partager cet article

Repost 0
Published by froidefond - dans HISTOIRE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jlcharvet.over-blog.com
  • : Des poésies, des histoires, etc.....
  • Contact

Recherche