Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2012 2 28 /08 /août /2012 15:13

Inquisitio.

J’ai regardé avec consternation au mois de juillet dernier, sur France 2, l’intégralité  de la « série » Inquisitio. Et pourtant, dès le premier soir, ce film me mit profondément mal à l’aise ; beaucoup de choses me paraissaient sonner faux, bien que je connaisse mal la période qu’elle évoque, particulièrement grave pour le monde catholique, puisque deux papes en revendiquaient la direction, l’un à Rome, l’autre à Avignon. Le personnage de Catherine de Sienne, dont je savais qu’elle avait été reconnue comme sainte, me choquait par son traitement. Je consultai Internet et trouvai rapidement que, fait rare,  Mgr Bernard Podvin, en sa qualité de porte-parole de la conférence des évêques de France, avait  publié le communiqué suivant :

« Inquisitio.  Tel est le titre d'une saga télévisée de l'été. Programmée, hélas, à heure de grande écoute. Plusieurs universitaires médiévistes, peu suspects de complaisance envers l'Eglise catholique, nous disent combien ils sont atterrés par cette série.

Citons, entre autres points scandaleux, le traitement indigne réservé à la grande mystique Ste Catherine de Sienne....

Parce que cette période historique est extrêmement difficile pour tous, elle requiert d'autant plus un service délicat et éminent de la vérité. Quand un tel parti-pris aimante une production, qu'a- t-elle encore de... culturel?

Je pleure et m'indigne de songer qu'à l'audimat, beaucoup risquent de se croire instruits par cette manière tendancieuse d'honorer l'histoire humaine et religieuse.... »

Je continuai, malgré tout, à regarder cette série, jusqu’à la lie, jusqu’à la fin. Après quoi, je tâchais de savoir qui avait été le conseiller historique des scénaristes. Je découvris que le producteur exécutif de la série, Patrice Onfray, avait déclaré : "La Catherine de Sienne de la série n'est pas la Catherine de Sienne de l'histoire. Nicolas s'est laissé aller à son imagination. On a des noms de personnages historiques mais on a totalement oublié l'aspect historique dans le scénario. On n'a pas fait de recherches, il n'y a pas eu d'historiens et de conseillers, c'est assumé comme tel. C'est une œuvre d'imagination."

Dont acte.

Lorsque Racine préfaçait ses magnifiques pièces, il expliquait, c’était l’élégance et la politesse de son siècle, s’il s’était écarté de la vérité historique, ou de la mythologie ; encore ne travestissait-il pas ses personnages, et ne faisait-il pas d’une sainte une femme démoniaque.  

En cette période de crise, le film a coûté 10 millions d’euros, et a été financé en partie par la région Languedoc-Roussillon. Je me félicite de ne pas contribuer au budget de cette collectivité.

Qu’ajouter, sinon qu’il nous a été proposé une vision dépassée du Moyen-Age, un monde verdâtre et gris, et que cette œuvre trouverait sa place dans le rayon des livres anticléricaux de la fin du XIX° siècle ou du début du XX°. Quant à l’Inquisition, elle n’est nullement le sujet  central de l’histoire. Et on ne peut qu’espérer que France 2 ne nous proposera pas d’autres productions de cet acabit.

Jean-Louis Charvet.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by froidefond - dans PENSEES DU JOUR.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jlcharvet.over-blog.com
  • : Des poésies, des histoires, etc.....
  • Contact

Recherche