Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 03:38

Extrait de la revue Les Annales politiques et littéraires du 16 septembre 1894.

" Savez-vous qu'il existe sur le pavé de Paris des poètes pour mariages? C'est le Figaro qui nous donne cette curieuse information.

Tous les dimanches, ils se rendent dans les mairies et relèvent les principaux mariages. L'habitude développe en eux un véritable flair qui leur permet d'établir un certain choix. Les meilleurs centres d'opération sont les I°, II°, VII°, VIII°, IX° et XVII° arrondissements. De même, suivant la profession du futur, les mariages sont classés en bons ou mauvais.

Les ingénieurs, avocats, négociants, industriels, rentiers sont considérés comme bons.

Par contre, les avoués, notaires et huissiers sont considérés comme mauvais.

Les médecins, les membres de l'Université, les militaires sont mi-bons, mi-mauvais.

Les veuves, les divorcées et les ... situations régularisées sont d'un rapport douteux et médiocre.

Une fois en possession de sa liste, le poète confectionne ses acrostiches et ses lettres d'envoi.

Les premiers, d'une calligraphie soignée, sont écrits sur une belle feuille de papier à bordures dentelées et ressemblent ainsi à des diplômes de bonheur. Quant aux poésies en elles-mêmes, on devine qu'elles ne varient guère; toutes les Marie, toutes les Jeanne reçoivent des vœux identiques. Voici, par exemple, un acrostiche fait sur Lucie et destiné à toutes les Lucie:

 

L'amour à l'amitié disait un jour: "Ma chère,

Unis et souriants cheminons sur la terre."

Celle-ci répondit: "Ah! vous comblez mes vœux,

Il est triste ici-bas le sentier solitaire,

Et la main dans la main nous marcherons tous deux."

 

La lettre d'envoi non plus ne varie guère. C'est l'éternelle demande de secours voilée, dont voici un prototype, et qu'allongent de légères variations suivant la situation des parents de la future:

 

Mademoiselle,

Daignez permettre à un poète dans la misère de vous présenter, à l'occasion de votre mariage, ses vœux de bonheur en quelques vers qu'il vous prie d'agréer.

S'il vous est agréable d'accorder une obole à ma poésie, je vous en serai sincèrement reconnaissant. J'aurai l'honneur de me présenter à votre porte le...

 

Quand lettres et poésies sont mises sous enveloppe, la besogne sédentaire est finie et c'est alors que commence, aux quatre coins de Paris, les courses pour porter les précieuses missives, les messagères de l'espoir. Courses doubles, car le faiseur d'acrostiches ne va chercher la réponse que le lendemain ou le surlendemain, suivant le hasard du quartier et les exigences de... son ventre. C'est généralement le matin, entre dix heures et midi, ou le soir, entre six et huit heures, qu'il se présente pour demander "la récompense de son petit travail".

Il est bien rare qu'il s'en retourne les mains vides. La joie des fiançailles, la certitude du mariage proche rendent les jeunes filles assez généreuses. Presque toutes donnent leur obole, obole qui varie de un à vingt francs, mais dont la moyenne est généralement une grosse pièce de cent sous.

Malheureusement, pour aléatoire et fatigant que soit le métier, il s'y fait déjà une concurrence terrible. Certaines fiancées reçoivent jusqu'à 15 et 20 acrostiches et, naturellement, avec le nombre l'obole diminue.

Si bien qu'en réalité ce ne sont pas les rimes les plus belles ou les plus rares qui rapportent le plus, mais bien les jambes les plus alertes. "

Partager cet article

Repost 0
Published by froidefond - dans POEMES
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jlcharvet.over-blog.com
  • : Des poésies, des histoires, etc.....
  • Contact

Recherche