Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2011 7 18 /09 /septembre /2011 10:27

Un acteur de l'alliance franco-turque au XVI° siècle:

Gabriel de Luetz, seigneur d'Aramon et de Vallabrègues.

 

 

Conférence donnée par Jean-Louis Charvet

le vendredi 16 septembre 2011, à la mairie d'Aramon (Gard),

en prélude aux Journées du patrimoine.

 

 

Résumé.

 

 

Gabriel de Luetz naquit vers 1508 (sans doute à Nîmes), et vécut en une époque marquée, en Europe et dans tout le bassin méditerranéen, par la rivalité entre les rois de France François I° et Henri II d'une part, et l'empereur Charles Quint d'autre part. L'ambition, le désir, légitime ou non, de conserver ou de recouvrer des possessions en Italie, l'expansion de l'Empire ottoman, poussèrent ces hommes à entreprendre de longues guerres, interrompues de courtes trêves. Les zones géographiques principales de combats entre les trois importantes puissances qu'étaient l'Empire romain germanique, le royaume de France et l'Empire ottoman furent ce qui deviendrait plus tard l'Autriche-Hongrie, l'Italie, les côtes barbaresques (l'actuel Maghreb).

Dans ce contexte historique marqué également par l'apparition du protestantisme, l'invention récente de l'imprimerie, l'apogée de la Renaissance, la vie de Gabriel de Luetz fut multiforme: seigneur d'Aramon et de Vallabrègues privé de ses biens au profit de la famille de Diane de Poitiers, homme de guerre et agent diplomatique en Italie, ambassadeur de François I° puis d'Henri II auprès du Grand Sultan de Constantinople (l'actuelle Istanbul), Soliman, dit le Magnifique.

Au cours de son ambassade, qui dura sept ans, de 1546 à 1553, Gabriel de Luetz remplit avec talent les principales missions qui lui avaient été confiées: protéger les intérêts du royaume de France, ceux des ressortissants français résidant dans l'empire turc, veiller à la protection des lieux saints, recueillir des renseignements sur les régions qu'il visitait. Car ce ne fut pas, loin de là, un ambassadeur de salon: il suivit Soliman dans une expédition contre les Perses (il le conseilla même sur le plan militaire), visita la Terre Sainte, le nord de l'Égypte les côtes de l'Afrique du nord.

Il rencontra dans le cours de son ambassade plusieurs savants (naturalistes, géographes, linguistes et historiens) qu'il aida le mieux qu'il put, notamment Guillaume Postel, Pierre Belon, André Thevet, Pierre Gilles, Nicolas de Nicolay.

Pour mieux connaître sa vie, et les pays qu'il visita, il convient de lire la monographie d'Aramon, de l'abbé Valla (1905), la relation de son voyage en Orient par son secrétaire Jean Chesneau, les Quatre premiers livres des navigations et pérégrinations orientales de Nicolas de Nicolay.

Il reste toutefois à éclaircir des points obscurs de la vie de cet homme (notamment sur ses protecteurs et ses adversaires), qui, semble-t-il, mourut vers 1554 aux îles d'Hyères (les Iles d'Or), qui lui avaient été offertes par un autre personnage haut en couleurs, le comte Christophe de Roquendorf, qu'il avait fait libérer des prisons turques.

Jean-Louis Charvet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by froidefond - dans PETITES BIOGRAPHIES.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de jlcharvet.over-blog.com
  • : Des poésies, des histoires, etc.....
  • Contact

Recherche