Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 04:35
La guerre de 1914-1918 en images.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 17:32
Commémoration de la première guerre mondiale. La "grosse Bertha".

Ma grand-tante, qui vivait durant la première guerre mondiale à Paris, parlait souvent de la "grosse Bertha. Jusqu'il y a peu, je savais seulement qu'il s'agissait d'un canon allemand, particulièrement redoutable.

Je viens de trouver, dans le numéro du 5 juin 1920 de L'Illustration, un article fort documenté et bien illustré sur cet engin de mort ; signé par le Lieutenant Colonel Sauveroche, il s'appuie sur des renseignements empruntés à un lieutenant-colonel américain, H.W. Miller.

Construit par la célèbre maison Krupp, ce canon, installé près de Crépy-en-Laonnois, à 110 kilomètres de Paris, tirait des projectiles de 50 centimètres de longueur, chargés d'une poudre contenant 25% de nitroglycérine. Il fut employé du 23 mars au 9 août 1918.

Le fait que le projectile se déplaçait dans les hautes couches de l'atmosphère, et d'autres causes, firent que son efficacité fut limitée. Voici ce qu'écrivait à ce sujet Sauveroche :

" ... si, au point de vue scientifique, l'élaboration du canon de 100 kilomètres a été une œuvre très remarquable, on peut dire qu'au point de vue pratique cet engin n'a donné aucun résultat sérieux. Les dégâts matériels ont été à peu près nuls et le nombre des gens tués, en cinq mois de bombardement, n'a pas dépassé 256. Quant à l'effet moral produit, il a peut-être été bon chez les Allemands, mais en France il n'a fait qu'exaspérer la combativité, en même temps qu'il contribuait à débarrasser Paris des éléments faibles ou franchement mauvais et notamment des étrangers suspects qui l'encombraient.

Ajoutons que la construction des Berthas, quelque bien menée qu'elle ait été, a absorbé un matériel et un personnel de choix impossibles à remplacer, aggravant ainsi la pénurie d'artillerie lourde dont les Allemands ont tant souffert à la fin des opérations."

Je parlerai prochainement d'armes de guerre autrement plus efficaces, les gaz.

Jean-Louis Charvet.

Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 13:26

Le crime de Reims. Septembre 1914.

Avez-vous remarqué que, dans les expositions, conférences, commémorations diverses de la première guerre mondiale, une large place est faite à des sujets tels que les mutineries, les troupes coloniales, le rôle des femmes? Par contre, me semble-t-il, les batailles, les destructions et crimes de guerre commis par les Allemands, les actes d'héroïsme et de dévouement, tant des militaires que des civils, ne sont guère étudiés.

Certes, il est utile de parler de tout; mais faut-il passer presque sous silence les événements marquants de cette guerre, par exemple la victoire de la Marne?

L'un de ces événements, qui émut profondément l'opinion publique fut l'incendie de la cathédrale de Reims: ici avait eu lieu le baptême de Clovis par Saint Remi, peut-être en 499; ici avaient été sacrés presque tous les rois de France; ici, surtout, on pouvait contempler le merveilleux travail des bâtisseurs et sculpteurs du Moyen-âge.

L'incendie de la cathédrale de Reims ne fut pas ce que l'on appelle de nos jours, pudiquement, un dommage collatéral d'une action de guerre. Ce fut le résultat d'un bombardement systématique, destiné sans doute à frapper les esprits et à décourager les Français.

La ville de Reims fut bombardée une première fois le 2 septembre 1914. Les troupes allemandes y entrèrent le 4 et en partirent le 11. La cathédrale reçut la visite du prince Auguste-Guillaume, quatrième fils de l'empereur d'Allemagne, qui admira ce chef-d'œuvre, disant qu'il serait criminel de le détruire.

Pourtant, le 18 du même mois, la cathédrale fut bombardée à plusieurs reprises; l'exécution, il faut bien appeler les choses par leur nom, reprit le lendemain; c'est ce jour-là que se déclara l'incendie. Sur les causes exactes de cet incendie, consultez la page internet suivante (un intéressant journal écrit par un habitant) :

http://1914ancien.free.fr/reimshss.htm

Extrait :

« L'incendie de la cathédrale aurait, paraît-il, été provoqué par l'explosion d'obus incendiaires dans les importants échafaudages montés sur le devant et le côté de la tour nord. Les matières chimiques renfermées dans ces engins de destruction, ont mis le feu aux madriers énormes de cette véritable construction de pièces de bois qui avait été élevée à une grande hauteur, rue Robert de Coucy et place du Parvis, afin de permettre des réparations extérieures, puis, les flammes, atteignant les combles, ont ensuite envahi toute la charpente que l'on appelait "la forêt", en raison du nombre et de la dimension imposante de ses diverses parties, faisant, en même temps, fondre son revêtement de lames de plomb. Le feu se communiquant alors à l'intérieur, y trouvait un aliment facile dans la paille qui avait été répandue par toute la nef, pour recevoir les blessés allemands pendant l'occupation, les tambours, les centaines de chaises, les stalles, etc. et c'est ainsi que les pierres seules ont pu subsister. Mais, lorsqu'on examine les parements des murs éclatés, les sculptures, les statues ornant le côté gauche du portail, calcinées jusqu'à la base de la tour, les vitraux brisés par les déplacements d'air, ou du fait de l'incendie, on ne peut qu'être saisi d'un sentiment d'indignation et de colère à la pensée que l'ennemi n'a pas hésité à tirer des coups de canon sur cette merveille. Notre pauvre cathédrale présente maintenant l'aspect le plus lamentable. De pareils dégâts sont probablement irréparables. »

Plusieurs parties importantes de l'édifice furent totalement ravagées, dont le Crucifiement du Christ, les vitraux de la grande rose, le clocher. Des centaines de statues furent détruites ou très gravement endommagées.

En septembre 1914, Reims déplora 543 victimes (civils et militaires), en octobre 1914, 402.

La cathédrale fut à nouveau touchée par les tirs allemands en 1917.

Jean-Louis Charvet.

Le crime de Reims. Septembre 1914.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 08:46
GUERRE 1914 1918. CLERMONT EN ARGONNE.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 08:38
Voir aussi: http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?insee=54449&dpt=54&idsource=10727&table=bp02

Voir aussi: http://www.memorial-genweb.org/~memorial2/html/fr/resultcommune.php?insee=54449&dpt=54&idsource=10727&table=bp02

Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 08:29
GUERRE 1914 1918. VERMELLES.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 18:38
GUERRE 1914 1918. MONTCEAUX.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 17:51
GUERRE 1914 1918. LOUVAIN.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 17:50
GUERRE 1914 1918. MINAUCOURT.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article
6 novembre 2014 4 06 /11 /novembre /2014 17:44
GUERRE 1914 1918. ANIZY LE CHATEAU.
Repost 0
Published by froidefond - dans GUERRE 1914-1918
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de jlcharvet.over-blog.com
  • : Des poésies, des histoires, etc.....
  • Contact

Recherche